Faire un effort

nenuphare
Pour vivre il faut faire un effort

« Il faut gagner sa vie ! »

Pour vivre il faut faire un effort « Il faut gagner sa vie ! » Si nous aidons un poussin à sortir de l’œuf… il meurt. Si nous aidons une fleur à ouvrir ses sépales... elle flétrit ! Si nous aidons un papillon à sortir de sa chrysalide… il meurt ! Pourquoi ? Si nous donnons trop à notre enfant (argent, confort, idées), il le rejette ou le dilapide pour s'en débarrasser. Si nous sommes riches, beaux, intelligents, nous déprimons quand même ! Pourquoi ? La facilité n’aide pas la vie, voire l’éteint. Étonnant, non ?

Quand est-ce que nous nous sentons le plus vivant ? Après une marche dans le froid en rentrant au chaud, après un jogging ou un effort, après une maladie quand nous retrouvons la paix dans notre corps, après avoir travaillé dur pour gagner notre vie ou pour cultiver notre jardin. Nous récoltons les fruits de nos efforts en salades, en argent, en santé, en satisfaction de soi ou en conscience nouvelle et en maturité.

Cela apparaît toujours après un effort personnel.

C’est comme si nous devions en permanence faire des efforts pour nourrir une partie de nous visible (le corps à tous les niveaux) ou invisible (la conscience). De la naissance, avec le voile à déchirer pour pouvoir respirer, à la mort, avec l’acceptation de quitter le corps, nous sommes soumis à une loi de dépassement dans l’effort. Sinon nous déprimons, signalant ainsi un vide au niveau de l’âme, ou mourons physiquement, signalant un vide dans le corps. La vie dans la matière est faite de dépassements qui sont à chaque fois la mise en œuvre d’une énergie interne de « volonté » qui va nous permettre d’être en vie. Plus nous faisons d’efforts vers l’extérieur et plus nous sommes nourris vers l’intérieur à tous les niveaux (physique : construction d’un corps dynamique et harmonieux ; émotionnel : fierté de soi ; mental : maturité et apprentissages ; spirituel : conscience nouvelle)

Dès que nous sentons un « oui mais » arriver, la force d’inertie arrive, qui va nous conduire non pas vers la vie mais vers la mort. Pas de mouvement = pas d’expérience enrichissante = pas d’éveil ! À chaque instant, ayant conscience de ce mécanisme par la présence à nous-mêmes, il nous faut faire ce choix d’être vivant et de faire cet effort de vie.

Bonne année 2016 de présence et de dépassement de vous ! Que votre arbre grandisse un peu plus tous les jours dans le nouveau et la vie!

Rose